Espagne, Architecture

La Muralla Roja

Construite comme une forteresse, la Muralla Roja est une interprétation moderne de l’architecture arabe méditerranéenne. Inspiré par la tradition de la kasbah d’Afrique du Nord, le bâtiment labyrinthique de l’architecte catalan Ricardo Bofill se dresse haut, créant une silhouette verticale saisissante dans le paysage. Ce complexe d’appartements postmodernes est situé dans la petite ville de Calp, en Espagne.

Editorial : Renaud Bonnet

Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne

Bofill utilise la couleur comme quelque chose de « fonctionnel », aucune chance de se laisser emporter par des modes ou des tendances. Le rouge « accentue le contraste avec le paysage ». Le bleu, l’indigo et le violet produisent « un effet de fusion optique » avec le ciel et la mer. Ce sont des couleurs qui aident à «créer une plus grande illusion d’espace»

© Photographs Courtesy Ricardo Bofill Taller de Arquitectura, Janette Hagglund

Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne

une kasbah post-moderne

La conception correspond à un plan géométrique précis basé sur la typologie de la croix grecque, avec des tours de service, qui contiennent des cuisines et des salles de bains à leur intersection. Le design géométrique évoque une esthétique constructiviste, avec «sa circulation labyrinthique, ses escaliers qui se chevauchent, ses balcons impossibles et ses séries infinies de patios».
Avec cinquante appartements au total, la Muralla Roja s’écarte de la segmentation traditionnelle entre espaces publics et privés : terrasses sur le toit, piscine, sauna et solariums réservés à l’usage des résidents…

Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne

Les escaliers et les surfaces de circulation sont traités avec différentes nuances de bleu
allant du bleu ciel à l’indigo et au violet. En fonction du temps, l’intention est de contraster
avec le ciel et de créer une continuité visuelle avec lui.

© Photographs Courtesy Ricardo Bofill Taller de Arquitectura, Janette Hagglund

La Muralla Roja

«Je ne sais pas s'il faut parler de fantaisie ou de créativité. La fantaisie — le flot illimité d'imagination — est plus proche du délire. La créativité, au contraire, requiert de la concentration, rassemblant les idées dans un mécanisme cohérent. Toute ma vie, j'ai recherché l'équilibre qui me permettrait d'avoir le maximum de liberté personnelle et de créativité. »

Ricardo Bofill, architecte

« Chaque architecte veut construire des monuments, à travers lesquels il crée un style. Mais j’aime aussi l’architecture de la périphérie, de la pauvreté, de la rareté. La langue vernaculaire méditerranéenne représente le premier intérêt que je portais à tout type d’architecture existante.

Avant de commencer à construire, j’ai vu cela à Ibiza, comme au Nord de l’Afrique, à Almeria au sud de l’Espagne, comme en Grèce: l’architecture était fondamentalement la même, une architecture primitive de la Méditerranée. Après cela, je suis allé explorer les origines de cette architecture. Je suis allé plus au sud, où j’ai finalement trouvé l’architecture du désert et la non-architecture de la nature. Le matériau est le rocher. L’énergie est le vent. Et le vent contre le rocher produit du sable.

Ce fut un voyage à travers la Méditerranée en Afrique, dans le domaine des éléments minimaux purs. (…)

Être avant-gardiste est une position morale et intellectuelle. Cela signifie participer à la construction du futur. Mais en soi, une avant-garde absolue n’existe pas. Quand j’étais jeune, je pensais que construire quelque chose de complètement nouveau était réalisable. Maintenant, je sais que si 20% d’un bâtiment est neuf, c’est déjà beaucoup. Être sur le «nouveau» est une position morale, mais on ne peut pas construire uniquement avec le nouveau. Il est naïf de penser autrement. » ■

Extrait d’entretien : Ricardo Bofill, Thomas Jeppe (2017)

Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne

© Photographs Courtesy Ricardo Bofill Taller de Arquitectura, Janette Hagglund

La Muralla Roja

«J'ai appris plus seul au milieu du Sahara, parmi des dunes et du sable, que dans un palais français.»

Ricardo Bofill, architecte

Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne
Architecture La Muralla Roja Ricardo Bofill Alicante Espagne

© Photographs Courtesy Ricardo Bofill Taller de Arquitectura, Janette Hagglund

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer l'expérience utilisateur et la qualité de notre site.