Leica révèle le nouveau M10 Monochrom. Un boitier noir et blanc exceptionnel, dans la plus pure tradition Leica.
Joel Meyerowitz est un photographe américain considéré comme l’un des pionniers de la photographie couleur, tant artistique que documentaire.
Dans les années 60 et 70, Evelyn Hofer a tourné son regard vers New York, révèlant une photographie couleur et n/b, méticuleuse et précieuse.
En 1983, Wim Wenders parcourt l’Ouest américain à la recherche de lieux de tournage pour son chef d’œuvre ‘Paris, Texas’, Palme d’or au Festival de Cannes.
Photographie

Raymond Depardon. Errances américaines

Au début des années 80, le photographe et cinéaste Raymond Depardon saisit New York et l’Ouest des Etats-Unis. Son errance américaine offrira à la photographie contemporaine un corpus inédit d’images, parmi les plus marquantes du XXème siècle.

Photographie : Raymond Depardon / Magnum Photos
Editorial : Renaud Bonnet
1. USA. Nouveau-Mexique, White Sand (1982)
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Dakota du Sud BadLands 1999 (Courtesy Magnum Photos)
2.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Arizona Sun City 1999(Courtesy Magnum Photos)
3.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Arizona 1999 (Courtesy Magnum Photos)
4.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Dakota du Sud BadLands 1999 (Courtesy Magnum Photos)
5.
2/5. USA. Dakota du Sud, BadLands (1999) — 3. USA. Arizona, Sun City (1999) — 4. USA. Arizona (1999)
Amoureux du terrain sauvage de l’Amérique, Depardon a poursuivi sa série à la fin des années 90, produisant des images différentes de celles de son œuvre normale
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos

“L’errance n’est ni le voyage ni la promenade mais cette expérience du monde qui renvoie à une question essentielle. Qu’est-ce que je fais là ?

Il me faut vivre cette quête qui est la mienne… Elle arrive à un moment, ni bon ni mauvais, elle est nécessaire… Pour être juste cette errance est forcément initiatique… mon regard va changer…”

Raymond Depardon, extrait d’Errance (Seuil)
6.
6. USA. Arizona (1982)
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA New York 1982 (Courtesy Magnum Photos)
7.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA New York Manhattan 1981 (Courtesy Magnum Photos)
8.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA New York 1981 (Courtesy Magnum Photos)
9.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Colorado Denver Station 1982 (Courtesy Magnum Photos)
10.
7/8/9. USA. New York, Manhattan (1981-1982) — 10. USA. Colorado, Denver Station (1982) En 1981, Raymond Depardon partage des notes photographiques sur New York. Ces mêmes notes sont publiées quotidiennement dans le journal Libération et connaissent un grand succès auprès des lecteurs. “Cela m’a permis d’être photographe avant d’être photojournaliste !”
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos

Écrivain, photographe et réalisateur, un homme sans limites

Porté depuis ses débuts dans la photographie par l’Afrique, Raymond Depardon n’en a pas, pour autant, délaissé le continent nord-américain. C’est en 1968, alors qu’il appartient encore à l’agence Gamma, qu’il effectue son premier grand reportage outre-Atlantique.

À Chicago, il couvre à la fois la convention nationale démocrate et une grande manifestation contre la guerre au Vietnam. Quelques semaines plus tard, il est le seul photographe français à suivre Richard Nixon, candidat conservateur, qui mène campagne avant d’être élu, en novembre de la même année, 37ème président des États-Unis.

Ce n’est qu’à l’été 1981, pour les besoins du journal Libération que Raymond Depardon retrouve l’Amérique et s’installe temporairement à New York. Il doit, tous les jours et durant un peu plus d’un mois, envoyer une photo et une légende au quotidien français, alors dirigé par Serge July. Ce sera la fameuse Correspondance new-yorkaise qui marque un tournant dans son oeuvre.

En 1982, dans la foulée de cette commande qui fera l’objet d’une parution aux éditions des Cahiers du Cinéma, Raymond Depardon sillonne cette fois l’Ouest des États-Unis, du Nouveau-Mexique à la Californie en passant par le Colorado et le Nevada. Il attendra ensuite dix-sept ans avant de se confronter, cette fois dans un nouveau format hauteur et en délaissant momentanément son Leica, aux paysages grandioses du Montana et du Dakota

Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Californie Los Angeles 1982 (Courtesy Magnum Photos)

“Le photographe est rempli de doute. Rien ne le calmera.”

11.
11. USA. Utah, Monument Valley (1982)
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA 1982 (Courtesy Magnum Photos)
12.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Utah Monument Valley 1982 (Courtesy Magnum Photos)
13.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA California Mohave Desert 1982 (Courtesy Magnum Photos)
14.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Arizona 1982 (Courtesy Magnum Photos)
15.
12/15. USA. Arizona (1982) — 13. USA. Utah, Monument Valley (1982) — 14. USA. Californie, Mohave Desert (1982)
En 1978, Depardon rejoint Magnum Photos tout en continuant son travail de reportage jusqu’à la publication de Notes en 1979 et Correspondance New Yorkaise en 1981. La même année, Reporters sort et reste au programme d’un cinéma du Quartier latin pendant sept mois.
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos
“Je fais beaucoup de choses seul. La solitude est très présente dans la vie du photographe. Il faut aimer la solitude pour être photographe.”

Raymond Depardon, extrait d’Errance (Seuil)

Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Los Angeles 1982 (Courtesy Magnum Photos)
16.
Raymond Depardon, Errances Américaines — USA Los Angeles 1982 (Courtesy Magnum Photos)
17.
18.
16/17. USA. Californie, Los Angeles (1982) — 18. USA. Californie, Death Valley Junction (1982)
Artiste implacable, idéaliste et visionnaire, Raymond Depardon a partagé un regard inédit durant plus de 40 ans sur un monde en mutation.
© Photographs Courtesy Raymond Depardon, Magnum Photos

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer l'expérience utilisateur et la qualité de notre site.