William Eggleston est l’un des photographes les plus influents de notre époque, rejetant les normes pour exprimer sa vision non conventionnelle du monde.
Joel Meyerowitz est un photographe américain considéré comme l’un des pionniers de la photographie couleur, tant artistique que documentaire.
Dans les années 60 et 70, Evelyn Hofer a tourné son regard vers New York, révèlant une photographie couleur et n/b, méticuleuse et précieuse.
En 1983, Wim Wenders parcourt l’Ouest américain à la recherche de lieux de tournage pour son chef d’œuvre ‘Paris, Texas’, Palme d’or au Festival de Cannes.
Photographie

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

Un photographe Magnum Photos.

Coloriste hors pair, le photographe anversois Harry Gruyaert jette depuis un demi-siècle un regard pictural sur le monde. Dans les années 70/80 — avec les Américains Saul Leiter, Joel Meyerowitz, Stephen Shore ou William Eggleston — Gruyaert est un des rares pionniers européens à donner à la couleur une dimension purement créative.
Photographie : Magnum Photos pour Harry Gruyaert
Editorial : Renaud Bonnet

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

1. Belgique. Bruxelles, Quartier Midi, 1981 — 2. Islande. Lancashire, 1970
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Maroc Essaouira 1975
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Maroc Essaouira 1988

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

3. Maroc. Essaouira, 1975 — 4. Maroc. Essaouira, 1988
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
“Cet instinct inné, presque involontaire, de photographier une scène est guidé par son obsession de la couleur. Gruyaert a longtemps été un disciple dévoué du film Kodachrome (jusqu’à son arrêt en 2009).”

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

5. Belgique. Flandres, Ville de Boom, 1988
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Las Vegas Casino 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Freemont Street 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Caesar Palace Hotel 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert New York 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Motel 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Utah Entre Los Angeles et Las Vegas 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Nevada Utah Entre Los Angeles et Las Vegas 1982

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

6. Nevada. Las Vegas – Casino, 1982 — 7. Nevada. Freemont Street, 1982 — 8. Nevada. Caesar Palace Hotel, 1982 — 9. New York, 1982 — 10. Nevada. Motel, 1982 — 11/12. Nevada – Utah. Entre Los Angeles et Las Vegas, 1982
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos

“Ma photographie est une vraie bagarre avec la réalité — une sorte de transe pour figer une image.”

Après des études de cinéma et de photographie à Bruxelles au début des années 1960, Harry Gruyaert travaille essentiellement pour des documentaires télévisés. Pourtant ce sont les photographies de Richard Avedon et Irving Penn qui l’inciteront à devenir photographe de mode.

Natif d’Anvers, Gruyaert voit son quotidien “monochrome et sans réel relief”, jusqu’à ce qu’il visite les États-Unis. En 1968, un voyage à New York introduit Gruyaert au Pop Art et au pouvoir de la couleur. Transformant le banal en quelque chose de magique.

Le photographe comprend immédiatement que la couleur pouvait transformer le lieu commun en un royaume exotique. L’orange brûlé d’un capot de voiture ou les murs vert menthe d’un centre commercial peuvent alors en dire autant sur une société que les gens qui la peuplent.
L’instinct inné d’Harry Gruyaert, presque involontaire, de photographier une scène sur une autre sera désormais guidé par son obsession de la couleur.

Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Inde Calcutta 2001
Photographie Harry Gruyaert Russie Moscou 1er Mai 1989

“Bien que les gens soient un élément dans la plupart des images, Gruyaert n'est pas un photographe humaniste.”

“La couleur est plus physique que le noir et blanc, plus intellectuel et abstrait. Devant une photo en noir et blanc, on a davantage envie de comprendre ce qui se passe entre les personnages. Avec la couleur on doit être immédiatement affecté par les différents tons qui expriment une situation” explique Gruyaert.

“Je me sens beaucoup plus proche d’une démarche photographique américaine que de la photographie humaniste française. (…) Faire une photo, c’est à la fois chercher un contact et le refuser.”

Certaines séries sont très dépouillées et d’autres très complexes. Harry Gruyaert décrit la photographie comme une expérience physique, un état d’excitation, un plaisir sensuel et vital, une façon d’être plus présent au monde, moins vulnérable. ■

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

13. France. Plage Berk, 2007
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Islande Lancashire 1970
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Islande Lancashire 1970
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Suède Malmö Cafeteria 1982
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Belgique Bruxelles Place Flagey 1981

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

14/15. Islande. Lancashire, 1970 — 16. Suède. Malmö – Cafeteria, 1982 — 17. Belgique. Bruxelles – Place Flagey, 1981
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
“L’histoire de l’Amérique est racontée à travers le bleu impossible d’une piscine ou l’or scintillant d’un hall d’hôtel. L’imagerie américaine de Gruyaert est une cacophonie insouciante de joie, de promesse et de solitude.”

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

18. Belgique. Ostende Thermae Palace, 1988
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Irlande Côte Ouest Comte Kerry 1988
Photographie Kodachrome Harry Gruyaert Irlande Côte Ouest Comte Kerry 1988

Harry Gruyaert. Le Monde en Kodachrome

19/20. Irlande. Côte Ouest – Comte Kerry, 1988
© Photographs Courtesy Harry Gruyaert, Magnum Photos

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer l'expérience utilisateur et la qualité de notre site.