La Bourse de Commerce – Pinault Collection, nouveau haut lieu de l’art contemporain à Paris, ouvrira ses portes à la mi-juin 2020.
Charlotte Perriand construisit des ponts entre architecture, art et design. La Fondation Louis Vuitton lui consacre une retrospective !
Discrètement installée dans une cour privée du cœur de Paris, la Maison de Verre est un des chefs-d’œuvre de l’architecture moderniste du XXeme siècle.
Poolside est une magnifique série d’images de la photographe Soo Burnell dédiées à l’architecture des piscines victoriennes du Royaume-Uni et d’ailleurs
City Guide, Paris, Art

Pierre Soulages au Louvre

Jusqu’au 09 mars 2020, le musée du Louvre rend hommage à Pierre Soulages, maître de l’outrenoir et de la peinture non figurative. À l’occasion de son centenaire, l’artiste investit le prestigieux salon Carré avec une vingtaine d’œuvres, couvrant plus de soixante dix ans de pratique.

Photographie : RMN, Musée du Louvre, Archives Soulages
Editorial : Renaud Bonnet
Pierre Soulages. Portrait de l’artiste, 2 octobre 2017. Collection Raphaël Gaillarde

© Collection Raphaël Gaillarde, dist. RMN-Grand Palais/Raphaël Gaillarde
© RMN-Grand Palais – Gestion droit d’auteur pour Raphaël Gaillarde © ADAGP, Paris 2019 pour Pierre Soulages

“Une peinture est un tout organisé, un ensemble de formes (lignes, surfaces colorées…) sur lequel viennent se faire et se défaire les sens qu’on lui prête.”
“Au contraire d’une œuvre monochrome, ce sont des différences de textures, lisses, fibreuses, calmes, tendues ou agitées qui, captant ou refusant la lumière, font naître les noirs gris ou les noirs profonds.”
Pierre Soulages
Pierre Soulages Exposition Louvre Salon Carré
Pierre Soulages Exposition Louvre Salon Carré
Pierre Soulages Exposition Louvre Salon Carré
Exposition Soulages au Louvre, 2019, Salon carré.
© Musée du Louvre / Antoine Mongodin © ADAGP, Paris 2019
Pierre Soulages Peinture 195 x 130, Mai 1953
“En éprouvant, en vivant les rapports de couleurs, de formes, l’espace, les structures, les rythmes qui sont propres à un artiste, on est introduit à une nouvelle manière de réagir, d’éprouver et de comprendre le monde ; ainsi naissent entre les hommes et le monde de nouveaux rapports, une nouvelle réalité. Cette peinture qui a l’air coupée du monde est cernée par le monde et lui doit son sens.”

Pierre Soulages

Peinture, 195 x 130 cm, Mai 1953.
New York, Solomon R. Guggenheim Museum
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019
Outrenoir. Le noir devient émetteur de clarté. Ce sont des différences de textures, lisses, fibreuses, calmes ou agitées qui captant ou refusant la lumière font naître les noirs gris ou les noirs profonds. Le reflet est pris en compte et devient partie intégrante de l’œuvre. Il y intègre la lumière que reçoit la peinture et la restitue avec sa couleur transmutée par le noir.”

Pierre Soulages

Peinture, 162 x 127 cm, 14 avril 1979.
Montpellier, Musée Fabre
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019
Pierre Soulages Peinture 162 x 127, 14 Avril 1979

“La réflexion de la lumière est ce qui nous anime”

Jusqu’au 09 mars 2020, le Musée du Louvre célèbre le centenaire du peintre français Pierre Soulages avec l’exposition “Soulages au Louvre” — mettant en vedette une vingtaine d’œuvres de 1946 à 2019. Infime fraction des quelque 1 700 œuvres qu’il a créées en 72 ans de pratique. Pierre Soulages n’est que le troisième artiste à recevoir de son vivant une exposition au Louvre ; rejoignant Pablo Picasso et Marc Chagall.

Bien qu’il soit souvent appelé le peintre du noir, son travail n’est pas strictement monochromatique. Il commença par travailler avec le brou de noie sur du papier ou la couleur sur des toiles enduites. C’est en 1979 que Pierre Soulages réalise son premier outrenoir, peintures aux textures épaisses, brossées, grattées et divisées en territoires lisses ou striés. Véritables empreintes de l’artiste !

“Le noir n’est jamais le même parce que la lumière le change. Il y a des nuances entre les noirs. Je peins avec du noir mais je travaille avec la lumière. Plus avec la lumière qu’avec la peinture.”

Historiquement, il est logique de connecter Pierre Soulages aux expressionnistes abstraits comme Mark Rothko, Franz Kline ou Yves Klein. Pourtant l’artiste exclut toute expression d’émotions sur la toile invitant plutôt le spectateur à vivre ses propres émotions intérieures à travers son travail.

“Cela se passe entre la surface du tableau et la personne qui se trouve devant. La réflexion de la lumière est ce qui nous anime.”

Soulages au Louvre

du 11 décembre 2019 au 09 mars 2020
Pierre Soulages Brou De Noix, 1946
Pierre Soulages Peinture 220 x 366, 14 Mai 1968
Pierre Soulages Goudron Sur Verre 1948
Brou de noix, 48,2 x 63,4 cm, 1946. Papier. Rodez, Musée Soulages. Donation 2005 • Peinture, 220 x 366 cm, 14 mai 1968, 1968. Paris, Musée National d’Art Moderne. Centre Pompidou • Goudron sur verre, 45,5 x 45,5 cm, 1948. Paris, Musée National d’Art Moderne. Centre Pompidou
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019
“Il est à la fois historique et contemporain. Soulages était ami avec Giacometti et Rothko. Il a commencé quand Pollock a juste commencé ses dripping. Vous parlez à quelqu’un qui est au centre de l’histoire à Paris et New York. Il reste un artiste très contemporain.”
Emilio Steinberger, directeur de la Lévy Gorvy Gallery de New York
Pierre Soulages Peinture 324 x 362, 1985
“Dans ce polyptyque, la surface recouverte de noir est toute entière le lieu d’éclats lumineux et de vibrations d’intensités très différentes venant du même noir. Les trois divisons internes horizontales créent des ruptures de rythme mettant en évidence les vibrations propres à chaque élément du polyptyque.”

Pierre Soulages

Peinture, 324 x 362 cm, 1985. (Polyptyque C, 4 éléments de 81 x 362 cm).
Paris, Musée National d’Art Moderne. Centre Pompidou
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019
“Sur chacun des éléments de ce grand diptyque horizontal, Soulages a creusé un grand sillon transversal, oblique à gauche, horizontal à droite, tantôt ombre grave sur plage claire, tantôt brillance sur plage sombre, dans une géométrie aussi implacable qu’aussitôt sublimée par le jeu des échanges lumineux sur l’immobilité des surfaces.”

Pierre Soulages

Peinture, 222 x 314 cm, 24 février 2008. Acrylique sur toile. Paris, Pierre Soulages
© Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019
Pierre Soulages Peinture 222 x 314, 24 Février 2008

Nous utilisons des cookies afin d'améliorer l'expérience utilisateur et la qualité de notre site.